Publié le 11 juillet 2022
Article écrit par Expansio

10.07.2022 Les Rencontres Économiques d’Aix : Réussir les transformations du Monde.

« Nous sommes entrés dans un nouveau monde. Un monde dans lequel la priorité doit être donnée à la jeunesse et la transition écologique. La crise du Covid et la crise ukrainienne ont bouleversé nos certitudes et révélé le besoin impérieux de garantir notre souveraineté énergétique, industrielle, alimentaire. Un monde qui requiert d’adapter formations et compétences aux nouveaux enjeux. Un monde marqué par le retour brutal d’une inflation qui dure, par des taux d’intérêt qui remontent, par une faible croissance, par la rareté aggravée des biens et des ressources, par une dette qui atteint des records et dans certains pays par le vieillissement des populations.

Dans ce contexte de bouleversements majeurs adviennent les difficultés spécifiques françaises. Le pays est aujourd’hui plongé dans un épais brouillard politique, économique et dans une phase de profonde incertitude sociale. Pourtant, jamais le débat économique n’a été aussi faible voire inexistant. L’augmentation de l’abstention témoigne de la déconnexion des Français avec la vie politique mais également de la fracture sociale et de la polarisation de la société. Il est urgent de poser ensemble un diagnostic et de définir une nouvelle méthode pour relancer le débat afin d’apporter des réponses concrètes aux préoccupations des Français.Quelles réponses apporter aux problématiques de court terme  tout en menant les transformations de long terme de notre société ?

La situation que nous vivons aujourd’hui est particulièrement importante, entre craintes sociales pour les prochains mois et ambition économique pour les années à venir. Oui, nous sommes convaincus que nous risquons d’une part de faire face très prochainement à un choc économique et social important auquel nous devons répondre par des décisions urgentes, et d’autre part qu’il nous faut relancer le débat avec ambition sur les grands sujets qui structurent l’évolution du monde. Le débat doit s’appuyer sur l’évaluation des politiques publiques actuelles, essentielle pour parvenir à trouver un consensus sur l’état des lieux économique du pays et réussir à définir les points d’accord et de désaccord.  » – Membres du Cercle des Économistes.

50 intervenants de 45 nationalités représentant les différentes parties prenantes de la société réunis pour « Réussir les transformations du monde ». Portées par Le Cercle des économistes , toute la planète économique était ce week-end à Aix-en-Provence, un des principaux rendez-vous en Europe qui rassemble à la fois chefs d’entreprise, décideurs politiques et membres de la société civile. Des débats construits autour de quatre grandes thématiques : « Les Modes de vie, les modes de gouvernance, les modes de production, la mondialisation.

 

 

Une synthèse en extraits, de Sophie Guichard :

« L’Europe est le premier fournisseur de 80 pays dans le monde. C’est un laboratoire idéal de friend-shoring, friend-shopping et friend-sharing. » Christine LAGARDE – Présidente de la BCE.

« Il faut faire attention à la crise alimentaire mais aussi à la crise des fertilisants : il faut mieux maîtriser le secteur des engrais. » Gayle Smith – Directrice Générale de One Campaign.

« Je rêverai de me lever tous les matins en me disant que je  vais sauver la planète, mais ce n’est pas mon rôle. » Alexandre Bompard – P-Dg du Groupe Carrefour.

« Même si l’on basculait maintenant l’ensemble du parc automobile mondial en électrique, cela ferait baisser la consommation mondiale de pétrole de 15 %, ce n’est pas rien, mais ça ne fait pas 100 %. » Patrick Pouyanné – P-Dg du Groupe Total Energie.

« La faible inflation depuis 10 ans était la somme d’une désinflation liée à la globalisation, et d’une inflation interne liée à notre faible compétitivité, notamment des services ».Paul Hermelin, Capgemini.

« Les gens se dessaisissent des enjeux qui les concerne. À chaque fois qu’il y a une transition, ne négligeons pas le dialogue et l’échange d’idées dans toutes les strates de la société. «  Laurent BERGER, Secrétaire Générale de la CFDT

« Nous ne devrions pas avoir à choisir entre l’Europe et la Chine. Le friend-shoring va isoler l’Europe. » Arancha Gonzales Laya – Ancienne Ministre des Affaires étrangères, de l’Union européenne et de la Coopération, Royaume d’Espagne.

« Peut-être que le chemin de la paix et de la démocratie étaient l’exception, personne ne veut que cette guerre froide se reproduise, et cela devrait nous inspirer plutôt que nous faire peur, car nous nous répétons (…) les tensions d’aujourd’hui vont durer longtemps. » Tyttu TUPPURAINEN Ministre des affaires européennes, Gouvernement de Finlande.

« Les herbivoires ne convaincront jamais les carnivores de se limer les dents et de passer au steack vegan, l’idée du désarmement à vécue (…) À la guerre la plupart des défaites peuvent se résumer en deux mots : trop tard ». Pierre VANDIER – Chef d’État-major, Marine nationale.

« L’OTAN ne doit pas devenir partie à ce conflit. Nous avons besoin en Europe d’une base industrielle et technologique de défense efficace, l’Allemagne et la France sont indispensables à cet égard. » Hans Dieter Lucas, Ambassade de la République Fédérale d’Allemagne.

« De tous les pays, l’Allemagne fournit 10x plus d’équipements militaires à l’Ukraine que la France, je trouve cela embarrassant (…) Toute discussion sur une armée européenne n’est que pure fiction. » Anders Fogh Rasmussen – Ancien Secrétaire Général de l’Otan.

« Plus les peuples ont peur, plus ils appellent les États-Unis. En Allemagne, ils commencent à avoir peur « . Jean-Pierre RAFFARIN – Sénateur de la Vienne.

« C’est un plaisir de vous présenter les perspectives d’un pays calme, stable et prévisible » Lord Peter Ricketts – Conseil Franco-brittanique.

« En Europe c’est un puit de milliards d’euros qui aurait du être investit dans l’éducation, dans la culture, dans l’innovation et dans des pratiques durables. Les actifs européens sombrent, et maintenant ils vont à des fabricant d’armes (…). J’espère avoir tord mais nous n’allons pas vers un système de défense raisonnable et juste, nous allons vers un futur tragique pour l’ensemble de l’Europe ». Renato FLORES, Fundaçao Getulio Vargas.

« Dans la guerre économique, le cyber est une arme redoutable. » Véronique BRIONNE – Chubb France.

« Notre 1er bien commun, c’est l’éducation ». Elisabeth BORNE, 1ère Ministre.

« L’affirmation de nos individualités doit être un motif de combat collectif (…) Ça n’en a pas l’air mais j’ai un côté révolutionnaire. » Bruno Le Maire.

« Nous avons une capacité fascinante à nous raconter des histoires et à ne pas regarder les faits (…) chacun fait sa thérapie comme il peut » Edouard Philippe.

« Il faut passer du quoi qu’il en coût au tout ce qu’il faut. » Valérie PECRESSE.

« Régulation n’est pas souverainisme. Une souveraineté vient d’en bas, celle des acteurs et des utilisateurs qui souhaitent revenir au centre du jeu et maîtriser leur données » (Souveraineté numérique européenne). David Bosco – Academic Society for Competition Law.

« La souveraineté ce n’est pas l’autarcie, c’est la maîtrise de son destin (…) Nous n’avons jamais revendiqué aucun monopole, nous aimons la concurrence (…) Nous serons le plus européen de tous les fournisseurs d’équipements sur la 4G/5G » . Jacques BIOT, Président du Conseil d’Administration de Huawei France. 

Un opérateur GAFAM à un opérateur Télécoms : « Vos investissements sont nos profits » (Les GAFAM ne participent pas au financement des infrastructures telecom, un budget de 15 Mds EUR sur les prochaines années).

« 80% des codeurs sont des hommes, 80% des systèmes qui nous parlent (robots sociaux, agents conversationnels) s’appellent Alexa, Samantha …voix de femmes, corps de femmes, qu’est-ce que cela signifie sur la représentation des femmes ? Sont elles juste des servantes ? On peut les éteindre quand on veut ? » Laurence DEVILLERS –  Université Sorbonne / CNRS / Fondation Blaise Pascal.

« C’est la politique qui commande, qui fixe le cadre, et dans ce cadre il y a les acteurs économiques qui déploient (…) Ce n’est pas parce que le politique n’y arrive pas que l’économie doit prendre le relai » . Antoine FRÉROT, Président de Véolia.

« Un des biens communs de la civilisation qui vient, c’est le lien social. » Philippe Walh – P-Dg du groupe La Poste.

« Il y a de nombreux conflits entre les biens communs. Par exemple :  tout le monde veut faire des énergies renouvelables mais personne ne veut que ce soit chez lui ». Jean -Bernard LEVY – P-Dg EDF.

« La Chimie est la mère de l’industrie » Ilham KADRI – CEO SOLVAY.

« L’assurance est la grand-mère de l’industrie. » Thomas BUBERL – Directeur Général  AXA.

« Peut-on imaginer demain que des biens communs soient privatisés ?  » Étudiant. « Je ne suis pas sur que ce soit à moi que la question s’adresse » Jean-Bernard LEVY – EDF.

« Les femmes africaines veulent sortir du guetto de la micro-finance (…) Il faut libérer le potentiel économique des femmes, car l’émergence est une femme. » Oulimata SARR Directrice Régionale UN WOMEN.

« Je suis en train de prendre la minute de parole de Serge EKUE  (Président de la Banque Ouest Africaine de Développement) mais peut-être me la prêtera t’il avec un taux d’intérêt convenable » Lionel ZINZOU-DERLIN – Président de Southbridge.

« Les problèmes qui commencent aujourd’hui vont au-delà de l’énergie, ce qui détruit notre société et notre planète, ce n’est pas le climat, c’est le chaos qui se prépare (…) La politique de la BCE ne servira à rien, le problème de l’inflation n’est pas un souci lié à la demande, mais à une difficulté liée à l’offre ». Jacques ATTALI.

« On a pas inventé l’électricité en essayant d’améliorer la bougie » Jean-Marc BORELLO – Président du Directoire Groupe SOS.   « J’adore cette citation »  Hedwige Chevrillon BFM Business . « En fait la vrai citation c’est que ce n’est pas en améliorant la bougie qu’on a inventé l’électricité » – Jacques Attali. 

« Si on réduit les émissions carbone en Europe et pas dans le reste du monde, on y arrivera pas. Le repli national ne doit pas être une tentation. » Guillaume FAURY – P-Dg Airbus.

« L’éducation en France est une machine à désespérer, l’éducation doit être réformée et s’ouvrir sur le monde de l’entreprise, c’est indispensable. » Carole DELGA – Présidente Région Occitanie.

« Il nous faut plus d’énergie décarbonée, beaucoup plus que les prévisions annoncées. » Pierre-André de Chalendar – PCA Saint Gobain.

« Nous avons des participants du monde entier pour ce forum, je suis la seule personne venue de Chine pour participer à cette réunion, je suis très heureux d’être ici. » Huiyao WANG – Center for China and Globalization .

Découvrez
nos autres actualités

Découvrez les autres évènements
d’Expansio et de ses partenaires

Ce qu'il faut savoir avant de faire des affaires en Inde.
Rencontrez plus de 8 000 professionnels de l'industrie pétrolière et gazière.
Le marché du commerce électronique en Amérique du Nord offre un potentiel considérable pour les ...